Deuxième voyage des Amis de la Nature de France au Togo

Une troisième rencontre des AN Français avec « Case Togo Les Amis de la Nature » a regroupé 31 personnes dont 26 venaient pour la première fois dans ce pays, différent des autres pays d'Afrique Noire, en particulier par sa végétation luxuriante.

Tout au long des routes se succèdent les plantations de tecks, les kapokiers, les baobabs, les acajous, les caféiers, les cacaotiers, les bananiers, les frangipaniers, sans oublier les magnifiques flamboyants. Etonnantes aussi, les cascades, comme celle d'Akloa, difficile d'accès cette année en raison des récents orages, et qu'il faut mériter par une marche à pied d'environ ¾ d'heure. Les chutes de Kpimé sont, par contre, très proches de la route.

Lomé, la capitale, est une ville à taille humaine, ombragée et plutôt bien entretenue. C'est le moment de profiter de la plage avant de s'enfoncer à l'intérieur du pays. Outre le Grand Marché, véritable « marée humaine », on peut visiter le marché aux Fétiches à Akodessewa. Dans un bric-à-brac haut en couleurs, chacun peut y trouver le gris-gris dont il a besoin, que ce soit contre les maux de ventre ou les peines de cœur, ou encore pour réussir un examen ou être victorieux dans un conflit avec ses voisins. Il suffit d'y croire ! Moins exotique, mais plus émouvante, la maison des Esclaves à Agbodrafo, garde le souvenir de cette triste exploitation d'une main d'œuvre d'hommes traités comme des bêtes.

Kpalimé, à 120 km au nord ouest de Lomé, abrite le siège de Case Togo. C'est l'occasion d'y rencontrer beaucoup de jeunes adhérents de l'association, de parler avec eux de leurs activités et de leurs problèmes, de visiter leur pépinière. Le centre artisanal permet l'achat des incontournables souvenirs. Aux alentours, les sites intéressants ne manquent pas : le mont Agou, le mont Kloto, le château Vial, destinations traditionnelles des touristes. Nous y avons préféré le plateau de Danyi que l'on atteint par une route escarpée à travers de jolis paysages. D'un côté, cela permet de visiter les jardins du monastère de l'Ascension, à Dzogbegan. De l'autre, au village de Danyi, c'est toute la population du village qui nous attendait et nous a fait la fête : chants, danses, saynètes sur le thème de la nécessité d'aller à l'école… mais aussi rites traditionnels, sacrifice d'une chèvre, et bien entendu discours, suivis d'un déjeuner préparé par les villageois à notre intention. Puis, la rencontre avec les étudiants dans leur lycée. De véritables moments d'échanges et de bonheur simple.

Plus au nord, à Sodo, Case Togo a réalisé des plantations, des bassins piscicoles, toujours en étroite collaboration avec la population. La section de Sodo est dynamique et nous avons plaisir à les rencontrer. A une centaine de km au nord est de Kpalimé, Atakpamé est le chef-lieu de la région des plateaux. C'est une ville très animée, agréable à parcourir. Une section d'Amis de la Nature très vivante y existe et ils étaient nombreux à venir passer avec nous une soirée inoubliable : discussions, mais aussi magnifique spectacle de danses dignes de professionnels. Le clou du séjour des groupes d'Amis de la Nature à Atakpamé est toujours le spectacle danses sur échasses « Tchébé ».

La route est longue et difficile pour monter jusqu'à Kara, 3ème ville du pays, située sur la rivière du même nom. Mais les paysages traversés sont différents et magnifiques. C'est le pays des Kabyé, dont le nom signifie « paysans de la pierre », appellation bien choisie, car ils doivent être de remarquables cultivateurs pour tirer parti du sol sec et pierreux. Une halte au « Rocher de la Mort » permet d'avoir un aperçu de cette vaste étendue. A proximité, le parc animalier de Sarakawa, ses variétés d'antilopes, ses zèbres, ses buffles… mais surtout les villages si particuliers du pays Tamberma, classé au patrimoine mondial par l'Unesco. Nous y découvrons les « tatas », sortes de petits fortins aux formes ventrues et arrondies, coiffés de tourelles coniques couvertes de chaume, et qui servent à la fois de greniers à céréales et d'habitations.

La section de Kara s'investit beaucoup dans l'éducation des populations et surtout des jeunes, en matière de reboisement, mais aussi d'hygiène et de propreté. Pour notre groupe, le moment fort du voyage fut certainement l'inauguration de l'école de Bémé Toussi, entièrement financée par les Amis de la Nature Français. C'est aussi cela notre particularité: des voyages solidaires!

Si vous allez au Togo, vous serez surpris le long des routes d'apercevoir si peu de villages, car ils sont cachés par une brousse luxuriante, mais de voir par contre une circulation incessante : femmes portant leurs bébés dans le dos et sur la tête des bassines ou calebasses remplies de fruits, d'ignames ou même de bois… longues files d'élèves en uniforme se rendant ou revenant de l'école… Vous serez sans doute étonnés par l'apparente résignation de cette population à des conditions de vie d'une grande pauvreté. Mais vous serez certainement admiratifs par rapport à tout ce que fait « Case Togo-Les amis de la Nature » pour mener des actions devant permettre aux Togolais de préserver ou de reconstituer leur cadre de vie naturel, de mettre en œuvre des actions de développement rural. Si notre jeune Fédération associée s'est développée de manière fulgurante depuis la conclusion de son partenariat avec nous, c'est parce qu'elle sait agir de manière concrète sur le terrain avec une détermination qui mérite d'être soulignée. Source du

Rapport, NFI. - Michèle Davieau, Vice-président de l'IAN .

Retour